95% des Français pensent que l’économie a besoin des entrepreneurs pour se développer

A l’occasion de la 5ème édition des Journées de l’Entrepreneur – une initiative nationale désormais relayée dans 128 pays, et qui s’est tenue en novembre - Amundi a fait réaliser, par OpinionWay, un sondage [1] sur l’opinion des
Français à l’égard des entrepreneurs. L’objectif était de voir à la fois comment les Français percevaient les entrepreneurs et comment ils estimaient leur importance économique et sociale, et aussi la manière de les soutenir, qu’il s’agisse de formation ou de mobilisation de l’épargne.

L’entrepreneur au coeur du paradoxe français

95% des répondants soulignent que l’économie française a besoin des entrepreneurs. Dans le détail, 95% des répondants attribuent un rôle très ou assez important aux entrepreneurs dans la création d’emplois.
De la même manière et à propos du paradoxe français, si 92% des Français souhaiteraient que les enfants et les adolescents apprennent à l’école ce qu’est un entrepreneur, ils ne sont que 12% à avoir l’impression que c’est déjà le cas.
Ce double paradoxe d’un pays qui ne crée pas un environnement favorable à ces entrepreneurs et ne sensibilise pas ces jeunes à cette voie professionnelle trouve une autre illustration dans le fait que seuls 16% des Français partagent l’idée que la culture d’entrepreneur et la prise de risque en général sont
suffisamment encouragées en France.

Les Français prêts à soutenir les entrepreneurs avec leur épargne

79% des répondants partagent l’idée que l’épargne des Français devrait davantage être investie dans les Petites et Moyennes Entreprises (PME), signe à la fois de leur confiance dans les PME mais aussi de leur sentiment que leur épargne pourrait ainsi être bien valorisée et plus utile à l’économie française.
Parmi les autres pistes qui pourraient être efficaces pour favoriser la création d’emploi en France, l’innovation (92%), la simplification des formalités administratives pour la création et la gestion des entreprises (91%), l’enseignement de la création d’entreprise dans les écoles (84%), et bien qu’avec moins d’intensité mais une très large majorité, l’allègement de la fiscalité et des charges apparait efficace pour 80% des Français et les simplifications d’embauches et licenciements pour 74%.

Cet ensemble de mesures, d’inspirations diverses mais toutes largement soutenues, illustre l’envie des Français d’essayer, de mettre toutes les chances du côté de la reprise.

L’entreprenariat, désormais un choix de carrière au même titre que le salariat ou le fonctionnariat 35% des Français déclarent qu’ils pourraient être ou auraient été tentés de devenir entrepreneur, et plus encore 55% souhaiteraient que leurs enfants le deviennent. Brisant les images d’Epinal ou les caricatures, les répondants nous disent que dans l’idéal, ils verraient aussi bien leurs enfants entrepreneurs (24%), salariés d’une entreprise privée (25%) ou fonctionnaires (25%).

L’entreprenariat, vrai moteur de l’économie

Enfin, lorsqu’il s’agit d’anticiper quelles entreprises créeront le plus d’emplois dans les années à venir, les Français citent très majoritairement les PME de moins de 500 salariés, avec 69%, suivies des grandes entreprises très largement décrochées avec 20%, puis les entreprises de 500 à 5000 salariés
avec 19%. Les administrations, avec 11% sont reléguées loin derrière, illustrant la perméabilité des citoyens au discours d’économie de l’Etat et de la réduction du nombre de fonctionnaires.

A propos d’Amundi :
Amundi se classe 2ème acteur européen et 9ème mondial de l’industrie de l’asset management avec 710,7 milliards d’euros d’actifs sous gestion.
Implantée au coeur des principaux bassins d’investissement dans près de 30 pays, Amundi offre une gamme complète de produits, couvrant toutes les
classes d’actifs et les principales devises.
Bénéficiant du soutien de deux groupes bancaires puissants, Crédit Agricole et Société Générale, Amundi a l’ambition de s’affirmer comme l’asset
manager européen de référence.

[1OpinionWay a interrogé un échantillon représentatif de 1103 Français de 18 ans, les 31 octobre et 1er novembre 2012

Mentions légales | Réalisation : internetdynamique.fr