La CGPME réclame un "cessez le feu" fiscal

Les entreprises françaises confrontées à une crise économique sans précédent font le dos rond. Beaucoup d’entre elles reportent investissements et embauches dans l’attente d’une hypothétique reprise. L’instabilité législative, règlementaire et fiscale contribue, tant au niveau des consommateurs que des entreprises, à alimenter un climat d’incertitude préjudiciable à l’activité économique.

Dans un tel contexte annoncer pour 2014, contrairement aux propos rassurants du Président de la République, de nouvelles hausses d’impôts pour les entreprises, revient à souffler sur les braises du découragement mais surtout de l’exaspération qui gagne de plus en plus de chefs d’entreprise.

Les entrepreneurs sont conscients de la nécessité de faire des efforts pour résorber les déficits publics. Ils ont aujourd’hui la désagréable impression d’être sans cesse davantage mis à contribution pour alimenter le puits sans fond de la dette publique supérieure à 94% du PIB en 2014 (+ 29% en 5 ans !).

Il est maintenant impératif d’agir par la réduction des dépenses publiques au niveau national et territorial. Le tabou de la réduction du nombre de fonctionnaires doit sauter pour que cesse enfin l’augmentation continue des prélèvements obligatoires dont le taux atteindra 46,5% du PIB en 2014.

Les entrepreneurs sont unis pour réclamer un cessez-le-feu fiscal.

Mentions légales | Réalisation : internetdynamique.fr