La CGPME demande une diminution des prélèvements obligatoires

Qui se souvient qu’en 1960, le taux des prélèvements obligatoires en France était de 30,6% du PIB ? Jusqu’en 2014, ce taux n’a cessé d’augmenter pour culminer à 46% !

A l’heure où la pause fiscale est souvent évoquée mais jamais établie, il est nécessaire de bien avoir en tête ce que représente la pression fiscale sur les entreprises.

Pression fiscale toujours aussi forte sur les entreprises

La France est l’un des pays industrialisés où la part des cotisations sociales est la plus élevée (25,6% selon les chiffres établis par l’OCDE). Les autres prélèvements financent l’état (14,1%), les collectivités locales (6,1%), l’union européenne (0,2%).

Cette structure de coûts pèse sur les entreprises et n’est pas sans conséquence. Le travail est taxé en France plus qu’ailleurs par le biais des cotisations sociales.

Mentions légales | Réalisation : internetdynamique.fr