L’école de danse Valérie Serrano, nouvel adhérent CGPME

Valérie Serrano est professeur de danse indépendante depuis 25 années. Installée rue du Rempart puis rue du moulin de Bessac à Niort, elle enseigne tout type de danse : classique, contemporain, hip-hop, modern et claquettes. Et projette de créer une école unique en France.

« J’accueille chaque jour sauf le dimanche des danseurs et danseuses de 4 à 77 ans. Pour certains cours comme le Hip-hop par exemple, des intervenants extérieurs prennent aussi le relais. L’école a une bonne renommée et nous comptons cette année environ 160 élèves » explique Valérie Serrano. «  L’essentiel pour moi n’étant pas l’aspect financier mais la danse et les personnes qui s’y intéressent, des tarifs particuliers ont été mis en place pour permettre à des personnes d’origine étrangère en difficultés d’accéder aux cours. Cette ouverture vers la diversité et la dimension humaine sont pour moi essentielle.

D’autre part, nous avons créé la Compagnie Artis (Association de Recherche pour le Travail d’Interprétation Scénique), une association dont je suis la chorégraphe attitrée. Chaque année, nous donnons tous les vendredis et samedis du mois de mars un spectacle au Théâtre Jean Richard (quartier Saint Florent). Il permet aux danseurs de faire le spectacle dix fois d’affilée et une partie de la recette est destinée aux jeunes de St Florent car à l’origine, le Cabaret avait été créé par les femmes de joueurs du Club de Foot. Nous sommes une vingtaine dans la troupe avec des prestations différentes : théâtre, sketches, danse ; c’est un travail d’équipe avant tout. »

Le projet d’une école préparatoire de danse unique en France

Si cette école de danse n’est pas une entreprise « classique », Valérie Serrano confie qu’elle souffre également en tant que dirigeante, d’un certain isolement, à défaut de cohésion entre les différents enseignants du niortais. L’adhésion à la CGPME va donc dans ce sens de pouvoir échanger avec d’autres décideurs, même s’ils sont dans des secteurs d’activités différents. A noter également que Valérie Serrano souhaiterait créer une école préparatoire de danse à l’échelle nationale. Des soutiens lui seront alors essentiels. « C’est un projet que je prépare depuis quelques années ; proposer une formation spécifique pour des danseurs qui souhaitent en faire leur métier à raison de 13 à 15 heures de cours par semaine pendant deux années au préalable d’une formation supérieure en 4 ans. » L’école supérieure de Toulouse serait d’ailleurs très intéressée par cette formation préalable car l’enseignement de Valérie Serrano est varié ; il aborde plusieurs techniques et laisse aussi la place à un travail de recherche, de création, d’improvisation, indispensables pour développer l’ouverture des élèves à un enseignement supérieur.

Par contre, l’ouverture d’une telle école, qui pourrait accueillir des élèves de la France entière, nécessiterait une salle d’au moins 100m², ainsi qu’un autre espace pour des enseignements comme le hip-hop et une structure de gestion solide. Un projet à construire donc mais qui pourrait apporter à la danse un rayonnement supplémentaire dans la région.

Informations et contacts : www.dance-and-scene.fr

Mentions légales | Réalisation : internetdynamique.fr