Enfin 2012…année de la raison ?

Ça y est, nous y sommes ! L’année qui commence s’annonce riche en échéances. Après s’être gavés de chocolats et confiseries en tout genre, nous allons être gavés d’élection Présidentielle avec l’overdose de couvertures médiatiques qui finissent par lobotomiser nos consciences et finissent par éroder notre raison.
Je n’irais pas jusqu’à dire (ni penser) de façon machiavélique que là est le but recherché mais il faut admettre qu’aujourd’hui, l’appel à la raison nécessite un acte volontaire de chacun d’entre nous pour nous extirper de ce magma d’informations qui nous tire vers le bas alors que la grandeur de l’Homme est de regarder vers le haut.
Un exemple, un tout petit exemple, qui à l’échelle de l’histoire était un épiphénomène mais qui a occupé le devant de la scène pendant des semaines voire des mois : l’affaire DSK. Les vrais problèmes sont souvent là où on ne les attend pas et le principe de réalité nous rattrape toujours.

Jusqu’à mi 2011, ne pensions nous pas que nous sortirions du tunnel et que la crise de 2008 était un mauvais souvenir ? Et vlan, début septembre nos dettes nous explosent à la figure médiatiquement alors qu’elles étaient bien présentes et s’accumulaient depuis….30 ans.

Il est donc difficile de se concentrer sur les réels problèmes de société et d’inscrire une action politique de fond dans la durée au-delà des échéances électorales. Il faut pour cela du courage et un langage qui ne brosse pas dans le sens du poil un électorat bien utile quand les élections s’annoncent.

Néanmoins, il me semble que la période que nous vivons se contre fiche de notre calendrier électoral car il faudra bien d’ici le mois de mai agir vite, profondément et durablement pour éviter la catastrophe annoncée, si, sur le plan financier les décisions tardent… Sacré principe de réalité !
Et si s’était une chance pour la France ? Attention, il n’y en aura pas 2.

François Asselin
Président CGPME Deux-Sèvres

Mentions légales | Réalisation : internetdynamique.fr