Elections européennes : J -26 : La CGPME s’engage !

Les PME ont besoin de l’Europe.

Malgré les inquiétudes nées de la crise économique, de la réciprocité insuffisante dans les règles du commerce international, de l’absence d’harmonisation sociale et fiscale d’une politique de concurrence pas toujours perçue comme un vecteur de progrès, l’Europe c’est aussi des réalisations irremplaçables pour nos entreprises.

L’Union européenne (UE) est une zone d’influence économique sans laquelle notre pays resterait dramatiquement isolé pour faire face à la mondialisation.

Pour les entreprises, des avancées concrètes ont été obtenues : Small Business Act pour l’Europe, programme COSME pour la compétitivité des entreprises et les PME, brevet unitaire européen, lancement de l’Union bancaire avec l’instauration d’une garantie des dépôts, accord sur la directive d’exécution « détachement des travailleurs », programme HORIZON 2020 consacré à l’innovation et dont 8 milliards sont dédiés aux PME, mesures PME dans les directives « marchés publics ».
De son côté, l’Europe a besoin des PME car elles constituent un vecteur de croissance en capacité de garantir son avenir. Des politiques sectorielles essentielles pour la compétitivité des PME comme l’innovation, le développement durable et l’économie verte, l’énergie, le numérique et bien sûr une politique industrielle ambitieuse doivent venir compléter le marché unique.
La vulnérabilité de la zone euro doit être corrigée et les PME ont besoin d’être boostées pour gagner le défi de la compétitivité.

La CGPME a formulé 60 propositions à l’attention des futurs eurodéputés pour placer les PME au centre de leurs préoccupations.

Elle préconise notamment :
Equilibrer l’Union économique et monétaire (UEM) par une harmonisation des politiques sociale et fiscale pour éviter tout dumping (ex : travailleurs détachés) ;
Systématiser un test PME obligatoire dans les indispensables études d’impact préalablement à toute nouvelle réglementation européenne ;
Mettre enfin en place une assiette commune pour l’impôt sur les sociétés (ACCIS) au niveau européen ;
Avancer sur une politique industrielle européenne offensive en concrétisant les politiques sectorielles et de filières industrielles ;
Définir une stratégie normative au niveau de l’UE qui garantisse une réciprocité dans les normes techniques ou environnementales et imposer leur respect par les entreprises des pays tiers.

http://www.cgpme.fr/actus/voir/1605/elections-europeennes-j-26-la-cgpme-s-engage

Mentions légales | Réalisation : internetdynamique.fr