Comment faire grandir mon entreprise ?

L’une des trois organisations patronales interprofessionnelles (avec le Medef et l’UPA), la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) regroupe 1.500 entreprises, TPE et PME, dans le département : « Notre caractéristique ? L’immense majorité des entrepreneurs sont des entrepreneurs patrimoniaux, l’actionnaire est souvent le propriétaire dirigeant, indique le président thouarsais François Asselin. Nous avons nos problématiques propres, telles que l’accès au crédit ou les relations inter-entreprises, qui ne sont pas celles des grands groupes. »

Question soulevée lors de la récente assemblée générale de la CGPME à Niort : « Comment faire grandir mon entreprise ? ».
François Asselin, président de la CGPME Poitou-Charentes
Le constat chiffré d’abord : « En France, on constate qu’il y a six fois moins d’entreprises de 20 à 49 salariés, que de 9 à 20 salariés, détaille François Asselin. De même, on dénombre 6,5 fois moins d’entreprises de 50 à 200 salariés que de 20 à 49. »
Une « automutilation », selon le président de l’organisation : « Si les entreprises hésitent à grandir, c’est qu’il y a des freins au développement, pointe François Asselin. Une entreprise de 50 salariés a autant d’obligations qu’une entité de 300. OR, elle n’a pas les moyens de se payer un DRH ou un juriste, par exemple. Le chef d’entreprise est en situation d’extrême exposition. Dans ces conditions, le grand saut limite la libre initiative ». »
La CGPME a listé une quarantaine de propositions afin de « déverrouiller les seuils ». Parmi les idées défendues, « la possibilité de disposer d’un délai de trois ans pour franchir un seuil », ou encore, pour les entreprises de entre 50 et 250 salariés, « réunir, pour plus d’efficacité, dans une même instance CHSCT, comité d’entreprise et délégués du personnel ».

Article Nouvelle République

Mentions légales | Réalisation : internetdynamique.fr